Comment être bénéficiaire lors d’une rupture conventionnelle ?

Vous pouvez être en CDI, chanceux d’avoir obtenu le poste, mais le travail ne vous plait pas, quitte à vous rendre malheureux. Pour des tas de raisons, vous avez envie de quitter votre employeur, mais vous souhaitez le faire dans des conditions optimales. Vous avez envie de percevoir les indemnités de départ, et toujours avoir droit à vos allocations chômage. Malheureusement, vous n’avez encore aucune idée de la décision de votre employeur, s’il peut se passer de vos services ou non. Afin que vous puissiez optimiser votre départ, voici quelques conseils qui peuvent vous aider. 

Faire appel à un professionnel

Si vous avez décidé de quitter votre travail mais que vous souhaitez le faire à l’amiable, donc profiter d’une rupture conventionnelle, vous pouvez toujours faire appel à un professionnel. Un cabinet d’avocat, peut vous envoyer un professionnel, pour vous accompagner jusqu’à ce que vous atteigniez vos objectifs. Le cabinet Howard , spécialisé dans la négociation de rupture conventionnelle peut très bien vous suivre dans les démarches nécessaires. Aussi, ces professionnels peuvent vous conseiller sur les meilleures décisions à prendre.  

Lire également : Les avantages d’engager une agence digitale spécialiste pour votre entreprise

Préparer votre plan

La rupture conventionnelle demande une introspection approfondie. En effet, cette introspection est en rapport avec vos envies enfouies, parce qu’il ne s’agit en aucun cas d’un dû. Il faut s’interroger sur les raisons qui expliquent vos envies de quitter votre poste. Vous devez aussi vous demander si vous souhaitez vous orienter vers une autre carrière. Le fait de quitter votre poste, nécessite-t-il de se lancer dans de nouvelles études ? 

De nombreuses questions doivent être posées pour préparer votre plan. Pour que vous puissiez toucher des droits d’Allocation d’aide au Retour à l’Emploi (ARE), vous devriez avoir travaillé 610 heures ou 88 jours durant les 28 derniers mois. Si jamais vous regretter votre décision, sachez que vous disposez de 15 jours calendaires pour vous rétracter à partir de la date durant laquelle l’accord a été signé. 

Lire également : Comment bien gérer son épargne salariale ?

S’informer sur les pratiques en interne

La pratique de la rupture conventionnelle peut varier selon les entreprises. Voila pourquoi, il est recommandé de se renseigner avant d’entamer les démarches nécessaires. En effet, pour éviter d’être victime d’abus, les entreprises sont suivies de près par l’inspection du travail lorsque ce type de licenciement est pratiqué. Le licenciement doit toujours être justifié et être en marge. Pour ce faire, la procédure liée à la rupture conventionnelle collective a été mise en place par des ordonnances. 

Respecter la procédure

Faites attention, le respect du formalisme lié à la rupture conventionnelle est très important. Si cela est nécessaire, vous pouvez vous faire représenter par un avocat. C’est une option très recommandée. Votre avocat peut vous guider dans la prise des décisions et les démarches à suivre, et vous épauler par la même occasion parce que la situation peut rapidement devenir compliquée. 

De plus, il est le mieux placé pour défendre vos intérêts en jeu, en ce qui concerne la rédaction de la convention de rupture. Cette dernière doit être obligatoirement écrite. Vous pouvez une demande au cabinet Howard pour trouver un avocat qui peut vous accompagner tout au long de la négociation de votre rupture conventionnelle.